15.9 C
Rennes
lundi 22 juillet 2024
AccueilActualitésDERRIÈRE LE BÂTIMENT DE RENNES MÉTROPOLE, LE LIEU DE CRACK NE FAIT...

DERRIÈRE LE BÂTIMENT DE RENNES MÉTROPOLE, LE LIEU DE CRACK NE FAIT PLUS RIRE LES RIVERAINS 

Comme ses voisins, l’homme veut rester anonyme. Depuis quelques mois, il subit les allées et venues de consommateurs de crack (stupéfiants), rue Geneviève de Gaulle-Anthonioz, à deux pas du siège de Rennes Métropole. « Nous avons une rampe commune d’accès à nos sous-sols avec l’agglomération », explique-t-il. « À cet endroit (et non loin), nous avons des SDF, mais aussi des crackeurs tous les jours. » 

Malgré la présence de la police (deux ou trois tournées par semaine), les riverains n’en peuvent plus. « Les consommateurs étaient deux ou trois. Ils sont de plus en plus nombreux et squattent notre local à vélo.  C’est irrespirable. On a même eu le feu durant le mois d’août. » A présent, les employés de Keredes, de Territoires (émanation de Rennes métropole) et de plusieurs autres entreprises ne peuvent plus mettre leurs bicyclettes dans l’espace dédié. « Ils montent leurs deux-roues dans les étages. » 

Alertée par des syndics, Rennes métropole demande aux voisins d’appeler la police. « Mais rien ne bouge depuis. Il ne se passe rien. On récupère des seringues, de l’aluminium, des cuillères et des excréments, sans compter les dégradations (porte coupe-feu abîmée). Il doit y avoir un point de deal dans le coin. Car beaucoup quittent les lieux pour revenir cinq minutes après. À 18 h, les crackeurs sont déjà à leur deuxième dose. C’est triste pour eux, pour nous. Cela commence à être lourd. » 

En face, les habitants se sentent tout autant concernés. Ils assistent impuissants au manège. « Ils ont des réunions avec leur bailleur Aiguillon», explique un voisin. «C’est tout le quartier qui n’en peut plus. » À Rennes,  33 points de deal étaient comptabilisés à la fin de l’année 2022, par la police dont treize dans les quartiers sud. 

Infos + : des maisons abandonnées et vides sont occupées. « On y retrouve systématiquement des seringues partout », explique un professionnel de l’immobilier. « Il y a deux ans, cela n’existait pas. Des SDF squattaient, mais ce phénomène de stupéfiants n’était pas connu. »

jean-christophe collet
jean-christophe collet
Lancé par le journaliste Jean-Christophe Collet en 2012/2013, www.rennes-infos-autrement.fr devient un site d’informations en 2015 et est reconnu comme site d’informations en ligne par le ministère de la Culture et de la communication.

// Dernières nouvelles publiées

DES BOÎTES SOUS CLEFS

Les propriétaires de logements destinés à la location saisonnière laissent souvent les clefs de leurs appartements dans de petits coffres-forts, fixés sur le mobilier...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser