CECI EST UN TEST 1
Actualités

REPRISE DES RODÉOS : DÉJÀ UNE INTERPELLATION

test2

Avec les beaux jours, les rodéos reprennent de plus belle dans bien des quartiers de la ville. Pour lutter contre ce phénomène, la police va régulièrement intervenir dans la capitale bretonne. Mais le dimanche 8 mai 2022, vers 8 h 50, après un témoignage de voisins du parc de Maurepas, elle a déjà interpellé un jeune, défavorablement connu de leurs services et habitant à proximité. 

Quelques minutes plus tôt, l’individu avait participé à un rodéo. Le 9 juillet 2019, boulevard Yougoslavie, dans le quartier du Blosne, vers 16 h, deux hommes à bord d’un scooter, sans casque et sans gants, avaient été repérés par une voiture banalisée. Ils conduisaient n’importe comment, brûlant les feux rouges, circulant sur le trottoir et prenant des sens interdits. Immédiatement, leur signalement était donné aux forces de l’ordre sur le terrain.

Avenue de Bréquigny, nos deux chauffards étaient retrouvés par deux motards. Ils tentaient de semer les policiers en poussant même le vice jusqu’à essayer de les renverser ! Mais heureusement ils n’étaient pas allés bien loin. Ils avaient fini leur rodéo dans un cul-de-sac, en l’occurrence une cour d’école à Saint-Jacques de la Lande. Interpellé par la suite, le pilote a nié être impliqué dans cette histoire, malgré les témoins l’ayant reconnu formellement. Son scooter a été confisqué. 

Le jeune homme âgé de 19 ans, connu des services de police pour d’autres faits, comparaîtra devant la juridictionelle de Rennes. Il risque un an de détention pour le nouveau délit motorisé institué par la loi du 3 août 2018. Très récemment, un habitant de Savigny-le-Temple, âgé de 20 ans, avait été condamné par le tribunal de Melun à deux mois de prison. 

Sous couvert d’anonymat, il y a trois ans, dans nos colonnes, les policiers sont nombreux à se plaindre des jeunes motocyclistes, partout en France. « C’est dangereux pour les chauffards, mais surtout pour les riverains et pour nous, » explique l’un d’eux. « Nous sommes obligés de prendre toutes les précautions du monde pour éviter les blessés. Un accident comme à Lorient est si vite arrivé. Bien souvent, nous intervenons après les équipées, après voir bien noté les immatriculations et identifié précisément les contrevenants. »

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire