CECI EST UN TEST 1
Actualités Patrimoine

RDÉCOUVRONS : LA MAISON DE FÉLICITÉ

test2

L’un s’appelle Félicité de Lamennais (1782-1854) et le deuxième, François-René de Châteaubriand (1768-1848). L’un est moins célèbre que le second. Mais tous deux disposent d’un point commun. Ils sont originaires de Saint-Malo, à moins de cent mètres l’un de l’autre.

Nés à 100 m l’un de l’autre

Né dans une demeure somptueuse de la rue Saint-Vincent, Félicité perd, très jeune, sa mère. Élevé par sa tante (Madame des Saudrais) puis par une domestique, il reçoit l’instruction de son oncle, Robert des Saudrais. Sous l’influence de son frère (Jea-Marie), le Malouin devient prêtre et écrit Réflexions sur l’état de l’église de France en 1808.

Grand succès, l’Essai sur l’indifférence combat l’athéisme politique, le protestantisme, le déisme… En 1828, il sort deux livres Les progrès de la Révolution et De la guerre contre l’église. Dans sa propriété du bord de Rance (La Chesnaie), il accueille des intellectuels. Dans ce « Port-Royal catholique », il défend sa religion. Mais peut-être un peu trop… abandonné de ses proches, il devient sévère contre les évêques, le pape, la société dans plusieurs ouvrages.

Après avoir connu la prison de Saint-Pélagie en 1841, Félicité est élu député à l’Assemblée nationale de 1848-1852. Mais le coup d’État  de 1852 lui apporte le… coup de grâce. Il meurt le 27 octobre 1854 et est inhumé aux côtés des pauvres dans la fosse commune du Père-Lachaise.

François-René et Félicité se sont rencontrés à plusieurs reprises. Malgré quelques fâcheries, ils se sont appréciés. Le plus âgé fit l’éloge des Mémoires d’outre-tombe et le plus jeune de L’Avenir. Au moment de l’incarcération de Lamennais, son cadet vint lui rendre visite. « Je ne manque pas de dire que je suis né sous le même ciel que vous, dans la même ville, à votre porte, comme s’il me revenait quelque chose de votre gloire en qualité de voisin », écrivit l’auteur de La Vie de Rancé.

Maison de Lamennais, rue Saint-Vincent, 35 000 Saint-Malo. Pour s’y rendre : arrêt intra-muros. À côté : la magnifique porte Saint-Vincent permet d’entrer dans la citadelle.

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire