CECI EST UN TEST 1
Actualités Faits divers

L’INSÉCURITÉ : LA MAIRIE CHANGERAIT-ELLE DE DISCOURS ?

test2

Encore une fois, lors du dernier conseil municipal, lundi soir dernier, l’insécurité est revenue sur la table. Encore une fois, Charles Compagnon, porte-parole de la droite centriste, a fustigé une “situation dégradée”. “L’heure est grave,”, ajoutait Anaïs Jehanno, membre de son groupe. “En 2020, les jeunes filles ne peuvent plus de promener en minijupe ou en short et doivent baisser les yeux. En 2020, les forces de l’ordre ne sont plus respectées. En 2020, des violences quotidiennes se déroulent dans les quartiers prioritaires (coups de feu, règlements de comptes, harcèlement de rue…). Et en 2020, des étudiants se font voler leur portable.”

Un enjeu important

“La sécurité est un enjeu important”, a confirmé Lénaïc Briéro, adjointe au maire, chargée de ces questions. “Elle est devenue en tout cas un combat de tous les jours.” Depuis le début du confinement, la municipalité observe la “recrudescence importante inquiétante et intolérable” des faits de violence et singulièrement dans l’hyper centre. “Nous le constatons à Rennes mais aussi dans d’autres villes comme à Paris, Nantes, Bordeaux, Brest. Certes, c’est moins présent dans notre ville qu’ailleurs mais on ne peut pas se satisfaire de ce constat. On doit continuer notre mobilisation. Nous l’avons d’ailleurs été tout l’été. Nous avons rencontré les habitants, les commerçants du centre-ville, qui après la manifestation des gilets jaunes et la période de confinement, vivent des moments difficiles. Nous sommes aujourd’hui à leurs côtés dans ces moments si particuliers.”

Rien ne remplace l’uniforme

La municipalité rennaise veut aujourd’hui inscrire dans la durée sa “détermination, sa volonté” contre la délinquance. “Des opérations “coups de poing” ont été menées dans le centre-ville, dans les quartiers. Avec la police nationale, la police municipale accentue les patrouilles communes une fois par semaine sur des secteurs identifiés. Nous renforçons également la présence des policiers municipaux en soirée et dans l’après-midi dans le centre-ville. Rien ne remplace la présence humaine, rien ne remplace l’uniforme. C’est la raison pour laquelle nous allons recruter dans les deux à venir les 40 policiers municipaux supplémentaires, promis lors de la campagne municipale.”

Au-delà de ce recrutement, la mairie prévoit de munir les policiers municipaux de pistolet à impulsion électrique, d’étendre leurs horaires d’intervention après la fermeture des bars, de renforcer la vidéo et la médiation. “On doit pouvoir se promener en toute sécurité et sérénité dans notre ville. Nous n’avons pas de baguette magique, mais nous avons la volonté en lien étroit avec la police, la préfecture de retrouver une tranquillité pour notre bonne ville de Rennes.”

Un message reçu cinq sur cinq par Carole Gandon (En Marche). “Nous soutenons toutes les initiatives visant à protéger la sécurité et nous constatons aujourd’hui une prise de conscience collective. Il est désormais établi que la délinquance augmente dans le centre-ville alors qu’à l’époque de la campagne municipale nous étions traités d’alarmistes, voire de populistes. Ce temps semble révolu. Nous espérons être désormais dans l’action.”

 

La phrase du jour :  “A entendre l’opposition, on croirait que Rennes est devenu un gigantesque coupe-gorge, comme le Bronx les favélas de Rio. Il n’en est rien. Il faut le dire. Rennes est une ville vivante, mais reste une ville tranquille l’immense majorité des habitants peuvent sortir à toute heure sans risquer d’agression. Il faut prendre du recul. La sécurité se construit par l’intégration, la médiation, la prévention et l’insertion. Elle s’obtient par la solidarité, l’éducation, la culture et l’animation sociale. Elle se consolide par une politique de la ville ambitieuse menée sur le terrain contre l’habitat indigne et contre l’exclusion”, convient Cyrille Morel, adjoint délégué à la sécurité civile. Entre prévention et sanction, la municipalité devra trouver le bon équilibre.

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire