CECI EST UN TEST 1
Actualités

ÉCRIRE “MES CHERS BIQUETS” À SES ÉTUDIANTS N’AMUSE PAS LE DOYEN DE LA FAC DE DROIT !

test2

Il était un temps où à la faculté les profs étaient libres de leurs propos. Il était un temps où à la faculté des enseignants osaient dire dans un amphi en s’adressant à une jeune étudiante : “si ma toge était de bronze, vous entendriez sonner le tocsin !”  Ce temps-là semble désormais révolu. Un des professeurs de la faculté de Droit l’a appris à ses dépens. Il vient d’être rappelé à l’ordre par son doyen, après avoir écrit un mail à ses étudiants au contenu quelque peu humoristique et ironique. “Les propos outranciers et irrespectueux qu’il contient ne sont pas admissibles de la part d’un universitaire qui s’adresse à ses étudiants”, écrit le doyen dans un courrier envoyé à tous les étudiants en deuxième et troisième année. “Je les condamne avec la plus grande fermeté. Soyez assurés que ce déplorable incident ne restera pas sans suite.” Mais qu’est-ce qui a pu provoquer la colère du grand chef de la faculté de Droit ? Nous vous proposons la copie de la lettre ci-dessous pour que chacun puisse en être juge…Une pétition circule déjà sur le net en faveur du prof qui a sans doute eu le mérite de mettre en avant de nombreuses difficultés rencontrées par les étudiants : des cours en visio interrompus, des examens le samedi après-midi ou encore dans des gymnases…

Voici le courrier : 

“Mes chers biquets de HO (L2) et  HDB (L3) (ce qui ne veut pas dire que je n’aime pas les autres L2 et L3, mais je n’ai pas l’honneur de les connaître – j’espère qu’ils me pardonneront d’avoir encombré un instant leur bouâtolettre). Je vous écris ce message alors que nous venons d’apprendre que, sauf coup de Jarnac (coup de p… pour les moins fins), l’examen se passera bien en présentiel à l’écrit dans nos superbes locaux pas vraiment Renaissance de la rue Jean Macé. C’est déjà bien. J’essaierai de passer vous voir pour me moquer de vous juste avant l’épreuve. Toutefois, en attendant et, pour des raisons diverses, il est possible que tous parmi vous ont pu éprouver des difficultés techniques (ponctuelles ou récurrentes) pour obtenir une visio digne de ce nom (déficiences informatiques diverses etc.). Par conséquent, s’il arrivait que l’un ou l’autre (pardon je n’écris pas en inclusif ça me gave) souffre de quelques manques (hum, je parle de cours uniquement) dans ses notes de cours, qu’il me le fasse savoir par mail pour que je puisse contacter les autres étudiants susceptibles de lui venir en aide via ce listing de diffusion. Pardonnez-moi de vous importuner avec ce message, mais j’ai pu constater en visio que tous les inscrits n’étaient pas présents. Vous voyez, je ne leur en veux pas, enfin pas trop…

Si vous avez des questions sur des points particuliers et précis, comme je vous l’ai dit cinquante fois, vous pouvez me laisser un mail. Mais, faites gaffe, je ne vais pas vous refaire tout un chapitre, ni même une section, ni même un §, ni même… bon j’arrête. En bref, je ne suis pas une ONG à vocation humanitaire, ni l’abbé Pierre. Mais si vous avez besoin d’aide, faites vite, on est déjà fin novembre.  Le moment venu, et même si je vais corriger personnellement chacune de vos meeeerveilleuses copies avec un peu d’indulgence, ne vous attendez quand même pas à avoir 18 si vous méritez 2 ; pour cela il faut aller dans une (d’)autre(s) Université(s). Suis pas démago. Sachez néanmoins que Don Ricardo Il Magnifico pense bien à vous (tu parles d’une consolation).

Pour clore la présente, et à quelques jours de la fin des cours, merci une nouvelle fois d’avoir choisi cette matière en nombre cette année. Comme je vous le dis (trop ?) souvent, dans les crises diverses que nous traversons, s’inspirer des leçons de l’Histoire (et pas seulement du droit évidemment) nous aidera à éviter de verser dans bien des ornières et préservant le fabuleux capital que nous ont laissé nos ancêtres. Je sais c’est un discours de vieux c… mais au moins suis dans mon rôle.

Bon, plus que 10 minutes avant mon apéro, alors en attendant, je vous souhaite également de bonne mousses (pas pression faute de bars…).  En attendant veuillez croire, mes chers guignols, à l’expression de mes sentiments les moins covidés. Courage pour le mois qui vient et pour après aussi. Gros baisers à tous et à la semaine prochaine pour nos rallyes hebdomadaires en visio. Veinards va !” Fin du texte que nous avons laissé dans son jus !

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire