Petite maroquinerie Rennes - CREATIONACC

CECI EST UN TEST 1
Actualités

CIMETIÈRE DE L’EST : UNE ZONE APAISÉE DE CIRCULATION CRÉÉ DES TENSIONS !

test2

A Rennes, les riverains ont tendance à protester contre les projets immobiliers qui fleurissent ici ou là dans leur quartier. Mais depuis peu, les Rennais protestent aussi contre les aménagements de voirie. Il y a quelques mois, dans le quartier Sainte Thérèse, certains d’entre eux s’élevaient contre le plan de circulation difficile à comprendre à moins “d’être un polytechnicien susceptible de travailler au service des routes du département ou de la métropole…. “

Une zone apaisée

Dans le quartier du cimetière de l’Est, les habitants des rues Marcel Planiol, Madame du Campfranc et Boisgelin de Cucé ont découvert récemment “avec stupeur” les aménagements prévus devant chez eux. “Nous avons reçu un document le 18 décembre dernier dans nos boîtes aux lettres”, explique Jean-Yves Dubreu. “On nous informait de la création d’une zone de circulation apaisée dans notre secteur Mouezy-Chateaugiron.”

Il existe un cabinet d’angiologie dans le quartier. Il est donc nécessaire de préserver les places de parking. 

Quatre jours plus tard, le mardi 22 décembre, les riverains reçoivent la visite des responsables des travaux. “Une équipe technique nous imposait de déplacer nos voitures pour installer des aménagements provisoires. Nous avons dit hors de question en leur affirmant : les travaux devaient débuter le 11 janvier, ils commenceront le 11 janvier.” Devant leur hostilité, le service de mobilité urbaine fait…marche arrière. “Le chantier est suspendu à l’heure actuelle jusqu’à une réunion qui aura lieu lundi prochain sur site.”

Une concertation venue d’en haut

Organisés en collectif, les riverains ne comprennent pas la précipitation et “l’absence de concertation”. “Nous n’avons eu aucune information à l’exception du premier document du18 décembre.” Mais surtout ils protestent contre la suppression de places de stationnement. “Nous n’avons rien contre la zone apaisée mais nous sommes contre les chicanes qui nous enlèvent des places de parking alors qu’il existe de la tension pour trouver une place de stationnement. Nous espérons une vraie concertation et nous ne voulons pas d’un projet venant d’en haut qui ne prend pas en compte nos souhaits.”

Même sentiment d’incompréhension chez Françoise Le Bolzer. “Nous pourrions lancer un atelier de concertation où chacun pourrait présenter des solutions alternatives d’aménagement en rapport avec les contraintes actuelles et futures du quartier”, assure-t-elle. “Malheureusement, on sent des gens fermés à la discussion. Personne ne se pose la question de l’impact sur notre quotidien. On ne compte pas ! On a l’impression qu’ils ne comprennent pas notre quartier…” Les riverains demandent à conserver leurs places de stationnement. Ils ont reçu le soutien de signataires ; écrit à Frédéric boursier leur élu du quartier, rencontré des techniciens. Ils attendent désormais une décision. 

 

 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Laisser un commentaire