portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Stade Rennais

ARBITRAGE : PASSE D’ARMES ENTRE LÉTANG ET LE PATRON DES ARBITRES

A l’évocation des hommes en noir, le président du Stade Rennais Olivier Létang, voit rouge. Depuis le début de la saison, il ne décolère pas contre le corps arbitral. Dimanche dernier, il s’estimait encore une fois lésés par le choix de l’arbitre, Franck Schneider lors de la rencontre Marseille. Il doutait même de son impartialité. “J’avais alerté sur son arbitrage avant le match. Il y a un historique. Vous verrez que sur les deux dernières rencontres qu’il a arbitrées, il y a des choses assez troublantes. Et puis il y a eu également un procès. Je ne suis pas certain que M.Schneider était complètement libre d’avoir une appréciation totalement correcte”, avait-il expliqué au micro de BFM TV .

En réponse, le patron des arbitres avait eu les mots suivants. “Partir du principe qu’un club pourrait remettre en question l’honnêteté d’un arbitre, il en est hors de question”, avait confié le directeur technique de l’arbitrage. “J’ai invité les clubs à nous solliciter, en début de saison, pour que l’on vienne rencontrer les joueurs et le staff, pour évoquer les nouvelles lois du jeu et l’assistance vidéo. À ce jour, douze clubs de L1 nous ont sollicités. Pas Rennes”, a lancé le directeur technique de l’arbitrage dans L’Équipe.

                              Un doute sur la probité des arbitres

Pour soutenir son arbitre, le syndicat des arbitres remet aujourd’hui une couche. “Les dernières sorties d’un Président à l’issue de la rencontre Olympique de Marseille – Stade Rennais jettent un doute sur la probité des arbitres, leur impartialité, leur neutralité, leur honnêteté. Cela instaure un climat de suspicion et de dénigrement sur le corps arbitral, relance l’odeur rance des complots, entretient toutes les rumeurs écœurantes de malhonnêteté qui viennent flatter la vindicte populaire…(…) Ce sont des méthodes douteuses et sournoises qui viennent satisfaire la colère des supporters, entretiennent et ravivent les fantasmes éculés sur la malhonnêteté légendaire des arbitres.”

Contre les propos d’Olivier Létang, le syndicat tient à préciser haut et fort. “Les arbitres respectent et arbitrent tous les clubs de la même manière. Ils sont imperméables au statut d’un club, à son classement, à sa série de victoires ou de défaites en cours – y compris aux déclarations calomnieuses de ses dirigeants. Ils sont neutres et impartiaux, fondamentalement honnêtes et intègres, et le résultat d’une rencontre leur est parfaitement égal. Bien sûr, il ne s’agit pas de dire ici que les arbitres ne prennent que des bonnes décisions ; il suffit de voir les commentateurs avertis, eux-mêmes divisés sur certaines situations, pour admettre… qu’il n’existe parfois tout simplement pas de bonne décision ! – ou tout au moins, la bonne décision est-elle donc celle de l’arbitre, mais pour en arriver là, il faut être philosophe, et c’est sans doute trop demander à nos dirigeants pris dans les tourments de leurs passions incontrôlées. Il y va de leur sens des responsabilités de Président, tout simplement.”

A la lecture de ce communiqué, Olivier Létang réitère ses propos. “J’ai tout d’abord défendu légitimement mon club, le Stade Rennais F.C.,  qui de l’avis unanime a, à ce jour, perdu beaucoup de points, ce qui fausse le championnat. Je demande ensuite des explications devenues vitales pour la bonne compréhension de notre sport et on me répond “odeur rance de complots… rumeurs écœurantes de malhonnêteté …vindicte populaire… méthodes douteuses et sournoises… fantasmes éculés…” Une telle dialectique n’est ni ouverte, ni propice au dialogue !”
A l’inverse, Olivier Létang n’aurait nullement la volonté de dénoncer l’honnêteté et l’intégrité. Il aurait pour seule préoccupation de comprendre pourquoi l’application des règles devient de plus en plus subjective et aléatoire. “Mes joueurs, mon staff et moi-même avons besoin de votre aide pour discerner ce qui est permis et ce qui ne l’est pas. Nous avons besoin de vous écouter pour que vous nous expliquiez pourquoi ce qui est sifflé sur un match ne l’est pas sur un autre et pourquoi même ce qui est sifflé par un arbitre peut maintenant être annulé sous la vindicte des joueurs.J’ai conscience qu’être arbitre est un métier difficile, pénible et désormais extraordinairement exposé. Bref, nous avons besoin de comprendre !Je ne suis pas naïf, des interrogations et des désaccords il y en a toujours eues et il y en aura toujours, mais très sincèrement croyez-vous que cette production quasi industrielle d’incompréhensions, boostée par l’utilisation ou non du VAR, soit bénéfique à notre sport et nous ouvre un bel horizon ?Personnellement je ne le pense pas et c’est pourquoi, cher corps arbitral, je sollicite votre aide pour retrouver rapidement une bonne lecture de notre passion commune.”

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire