17.9 C
Rennes
mardi 23 juillet 2024
AccueilActualitésAPRÈS AVOIR SUPPORTÉ SEPT ANS DE TRAVAUX DEVANT CHEZ ELLE, LA LOCATAIRE...

APRÈS AVOIR SUPPORTÉ SEPT ANS DE TRAVAUX DEVANT CHEZ ELLE, LA LOCATAIRE D’UNE HLM EST OBLIGÉE DE PARTIR !

Depuis des années, Nathalie (prénom d’emprunt) habite rue Saint-Malo face au centre des congrès dans une HLM du parc privé. Depuis 2013, elle vit les travaux de la place Sainte-Anne et a vécu ceux du centre des Jacobins.  En guise de récompense, on lui demande de quitter son logement !

« J’ai subi les travaux gargantuesques de réhabilitation du Couvent des Jacobins et de la place Sainte-Anne », explique-t-elle. « Je parle ici de dizaines d’engins de chantier et de forage. je parle encore des marteaux piqueurs, des meuleuses, des nacelles, des camions, des bennes, des bétonneuses et j’en passe, juste sous mes fenêtres, tous les jours pendant maintenant sept années. »

Durant ces années-là, elle dit avoir vécu l’enfer, du bruit à l’en rendre folle et à l’entendre encore la nuit. « J’ai subi des vibrations à faire trembler les murs, les livraisons quotidiennes de matériel à 6h30 du matin, des klaxons incessants des camions et de la poussière qui recouvre tout malgré l’incapacité d’ouvrir mes fenêtres donnant sur la rue pendant plusieurs années . »

                       Un délogement pour sept ans de travaux !

A plusieurs reprises, Nathalie a dû aller vivre chez des amis ou sa famille. « Je vis depuis sept longues années dans un quartier abonné aux travaux Je zigzague entre les planches posées sur des fosses, la poussière (le béton, la terre) qui vole au moindre coup de vent, les engins, les barrières, les tas de matériaux, le béton frais, les émanations de goudron, les poubelles non ramassées et les rues plus nettoyées. »

Pour couronner le tout, Nathalie doit quitter son petit appartement en août. « La ville de Rennes n’a pas renouvelé le contrat de location de mon petit immeuble auprès de mon bailleur social après plus de 40 ans de location….  Juste quand les travaux de cette partie nord de la place Sainte-Anne seront enfin terminés ». Bien sûr, elle ne veut pas partir, mais face à la machinerie admInistrative il est parfois difficile de lutter. « Deux travailleuses sociales m’ont été envoyées par mon bailleur afin de constituer un dossier de demande de logement social directement auprès de la ville de Rennes car elles n’ont rien à me proposer dans le centre-ville. Elles n’ont quasiment que des logements à la campagne. »

De campagne, Nathalie n’en veut pas ! « Je souffre d’une maladie invalidante rendant parfois mes déplacements impossibles ou difficiles. J’ai besoin de pouvoir me rendre rapidement chez les médecins qui me suivent, de pouvoir faire mes courses facilement et de garder un semblant de vie sociale quand ma santé le permet. Ma vie se trouve dans le centre-ville de Rennes depuis quinze ans. »

Inquiète à propos de son relogement, la locataire ne peut pas s’empêcher de faire un lien entre la « gentrification débridée et planifiée de son quartier et son délogement ». « Je me sens totalement abandonnée par la ville de Rennes après des années à subir en silence (ou presque) l’enfer de ces travaux interminables et je demande un soutien à qui sera en mesure de me l’apporter. » Sera-t-elle entendue ? 

Jean-Christophe COLLET
Jean-Christophe COLLET
J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

// Dernières nouvelles publiées

LES PLUS BELLES ÉGLISES DE BRETAGNE

Comme chacun sait, la Bretagne est une terre pieuse. Elle est parsemée de belles églises, à l’intérieur desquelles des artistes ont voué leurs talents...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser