Francebénévolat

CECI EST UN TEST 1
Actualités

MANIF : LA PETITE SANTÉ DU PERSONNEL SOIGNANT !

Ecrit par Edwin Le Rouzic
test2

Ce mardi 16 juin, la police craignait des débordements ! Mais rien de tout cela sur l’esplanade du Général de Gaulle pour la manifestation des soignants (1300 selon la police et 3000 selon les syndicats). “Il y a eu énormément de monde à manifester et à exprimer le soutien à l’hôpital public ainsi qu’au secteur médico-social et aux cliniques privées”, explique Rodolphe, membre de la CGT et infirmier au centre hospitalier de Guillaume Regnier. 

Venus à l’appel d’une intersyndicale, les infirmiers, les aides-soignants, les kinésithérapeutes et les médecins ont réclamé dans une ambiance bon enfant plus de moyens sur la musique de Bella Ciao ou les chansons du groupe Zoufris Maracas. En plein Ségur pour la santé, les manifestants ont demandé à nouveau plus de lits, plus d’argent et plus de personnels. “Il y a eu un manque de matériel criant durant la crise”, confient Coralie et Laure, toutes les deux kinésithérapeutes. “Nous avons été obligées de coudre des blouses dans des draps face au manque de sur-blouse.”

En dépit de l’interdiction de déambuler dans les rues de la capitale bretonne prononcée par la préfecture d’Ille-et-Vilaine, des manifestants ont tenté de se disperser dans la ville d’abord par la rue Paul Ricoeur, ensuite par la rue de Plélo et enfin Boulevard de Beaumont. Mais à chaque fois, les policiers en nombre ont bloqué le passage, sous les protestations et les huées des manifestants.

Après une farandole formée devant le cinéma le Gaumont, un mini sit-in a été improvisé au carrefour de la rue d’Isly, la Cours des Alliés et la Dalle Colombier. La manifestation s’est disloquée vers 15 heures sous les yeux des policiers et du traditionnel hélicoptère de la gendarmerie. Quelques manifestants ont toutefois tenté un départ en manifestation sauvage, sans grand succès. Le matin même, une délégation syndicale avait été reçue par l’Agence régionale de la santé.

A propos de l'auteur

Edwin Le Rouzic

Laisser un commentaire