CECI EST UN TEST 1
Actualités

VANESSA WAGNER : LA VIRTUOSE ET PIANISTE RENNAISE

test2

Entre deux tournées internationales, Vanessa Wagner délaisse ses gammes, durant quelques instants précieux. Elle revient sur ses années d’enfance à Rennes, sur sa carrière de musicienne et ses choix. Pianiste virtuose, elle oscille entre récital classique et tentations contemporaines, entre Bach et Glass, entre l’interprétation et l’audace créative.

Vanessa Wagner parle d’une voix douce, comme sa musique. Native de Rennes, elle a passé toute sa jeunesse avec sa sœur, rue Edmond Rostand. Elle se souvient du parc du Thabor, du collège Anne de Bretagne, de la chapelle du conservatoire et de l’opéra où elle a donné ses premiers concerts. « Quand je reviens à Rennes, j’ai toujours un petit pincement au cœur, » assure-t-elle.

Un jeu incarné

Fille d’une professeure de français d’Anne de Bretagne et d’un enseignant de lettres à l’université de Rennes 2, Vanessa Wagner a bien vite quitté Rennes pour rejoindre la ville des lumières ; trop talentueuse pour rater une carrière de pianiste virtuose. Mais c’est dans la capitale bretonne qu’elle a commencé le piano à l’âge de 7 ans avec une certaine madame Froment.

Au conservatoire de Rennes, Vanessa Wagner suit les leçons de Pierre Froment, lui-même élève du grand interprète, Alfred Cortot. « Pierre était trop angoissé. Il n’a pas fait de carrière lui-même. Mais il a été complètement dévoué à ses étudiants. » À 12 ans, elle arrête le collège sous les conseils de son mentor. « J’ai continué les cours à la maison et préparé le conservatoire de Paris où je suis entrée à l’âge de 14 ans. »

C’est un métier qui demande beaucoup d’expériences, de connaissances de soi-même et de liberté », explique Vanessa Wagner.

Avec son jeu très incarné, Vanessa Wagner est depuis devenue une immense pianiste classique. Elle interprète les plus grands de Mozart à Schumann en passant par Schubert, Debussy et Ravel. Talentueuse, elle reste surtout curieuse. « J’aime faire découvrir des compositeurs. » Éclectique dans ses choix, elle n’est pas cloisonnée dans un répertoire. Elle s’ouvre désormais un nouveau chemin très personnel. « Ce n’est pas de ma nature d’être à la mode. J’adore explorer des terrains moins empruntés. Je collabore dorénavant avec un musicien électronique, Murcof, Arthur H et joue beaucoup de musiques minimalistes comme celles de Philippe Glass. »

Douce rebelle, Vanessa Wagner ne mène pas une carrière vraiment classique. À Rennes, elle revient en enfant du pays. « Lors d’une dernière représentation, à l’opéra, l’accueil fut extraordinaire, » assure-t-elle. En résidence avec l’orchestre de Bretagne, elle prévoit de nombreuses prestations pour ses aficionados. « J’ai déjà interprété Bach et de Glass. »  L’an prochain, elle sera sur scène pour une création de Jérémy Labelle, un concert de musique de chambre et un second avec Arthur H pour le plus grand plaisir de tous et de toutes. 

 

 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire