CECI EST UN TEST 1
Actualités

MEURTRE DE DORIAN GUÉMENÉ : ILS SONT TOUS COUPABLES

test2

Dans l’affaire du meurtre de Dorian Guéméné survenu le 7 juillet 2018 devant l’Espace, les accusés ont écopé de lourdes peines devant la cour d’Assises d’Ille-et-Vilaine allant de 8 à 15 ans de réclusion criminelle. Le plus sévèrement puni est Sacha Réthoré (15 ans). Son frère Stanislas Réthoré est condamné à 8 ans de prison pour meurtre ; Thomas Goldschild est condamné à 10 ans de prison pour meurtre ; Alexis Pesneau est condamné à 13 ans de prison pour meurtre ; Guillaume Clavreul est condamné à 10 ans pour meurtre. 

Des peines plus sévères que les réquisitions

A l’énoncé de ce verdict, la surprise est de taille au regard des réquisitions prononcées hier par l’avocat général, Jean Marie Blin.  Le magistrat avait requis des peines moins sévères pour Stanislas Réthoré, Guillaume Clavreul, Alexis Pesneau et Thomas Goldschild (5 ans de prison dont un ou deux ans de sursis) et un châtiment plus sévère contre le principal Sacha Rethoré, 17 ans de réclusion criminelle. “Les cinq accusés doivent être déclarés coupables de violences volontaires en réunion ayant donné la mort sans intention de la donner.” Dans cette “scène unique de violences”, dans cet amas de coups, l’avocat général n’avait pas voulu sanctionner de la même manière les “cogneurs patentés” et les “cogneurs d’occasion”. “Il y a un fossé entre ce qu’on peut reprocher à Sacha et ce qu’on peut reprocher aux autres.”

Dans cette histoire, nous sommes dans le bal des menteurs !”, confie l’avocat général. 

Mais à l’évidence, les dernières plaidoiries des avocats de la famille Guéméné, Thierry Fillion et Pascal Rouiller, ont fait pencher la balance en faveur d’une sévérité plus grande pour tous. Fidèles à leurs déclarations, en tout début de procès, ils avaient plaidé la “responsabilité collective” dans le meurtre de Dorian Guémené. Juste avant, l’avocat de Sacha Rethoré, Jérôme Stéphan, avait lui aussi plaidé la culpabilité de tous. “Sacha n’est pas le seul coupable. Il n’est pas le seul responsable, avait-il martelé. Mais visiblement, son profil de “petite frappe”, moins lisse que ses complices et déjà connu des services de police pour une autre affaire, a joué en sa défaveur.  

Grâce à son avocat, Sacha Réthoré fera toutefois deux ans de moins que prévu par l’avocat général. Mais il retournera en prison et ne sera pas le seul. Ses quatre autres complices y retourneront ce soir, malgré la défense de leurs avocats. “Je comprends le désir de se venger mais pourtant mon client n’a jamais porté de coups sur Dorian et n’a jamais varié sur ce point”, avait assuré Anaïg Le Noan, défendant Thomas Goldschild. Maitre Pierre-Yves Launay, en défense de Guillaume Clavreul, avait lui aussi tout fait pour épargner la prison à son client. “Guillaume est l’un des seuls à avoir reconnu dès sa garde à vue porter des coups à Dorian Guémné. Il est débordé par sa culpabilité. Le reconnaissance des coups : ce n’est pas de la stratégie.” 

L’alcool est notre drogue légale mais il est au cœur de ce drame mais il n’y avait aucune raison de s’en prendre à Dorian de cette manière. Nous sommes dans le monde de la nuit, dopé à la vinasse et à la mythologie de la testostérone”, indique Jean-Marie Blin.

Avocat de Thomas, William Pineau, avait joué la corde sensible. “Ce gosse aurait pu être le mien.” Jusqu’au bout, il avait présenté son client la tête dans les épaules, écrasée par sa responsabilité. Leur plaidoirie n’auront pas suffi. Leurs clients auraient-ils dû dire la vérité ? Lors d’un vraisemblable appel de leur condamnation, ils changeront peut-être leur stratégie pour dire enfin aux parents de Dorian ce qui s’est vraiment passé et reconnaître leur responsabilité. La mort d’un homme mérite au moins cela ! 

Réaction à l’issue de l’audience : “La qualification de meurtre qui a été retenue par la cour d’Assises n’était pas la plus adaptée. Les coups mortels étaient à mon sens plus conformes comme l’avait d’ailleurs requis l’avocat général”, a confié Jérôme Stéphan, avocat de Sacha Réthoré, à l’issue du procès. “Au regard des réquisitions de Jean-Marie Blin qui avait demandé 17 ans contre mon client, je me pose toutefois la question de l’opportunité d’un appel.”

 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

1 commentaire

Laisser un commentaire