CECI EST UN TEST 1
Actualités Sorties

TRANS ET RAVE : UN WEEK-END FESTIF PRESQUE SANS MASQUES !

test2

Dans les cafés rennais, le sujet était sur toutes les lèvres. “Tu as vu les photos des Trans”, expliquait Thierry. “Peu de spectateurs portaient des masques. On est loin de la responsabilité des festivaliers demandés par le préfet.” Pourtant, le règlement du festival était clair. “Conformément à l’arrêté préfectoral du 22 novembre 2021, en vigueur jusqu’au 13 décembre 2021, le port du masque sera obligatoire dans l’ensemble des lieux du festival, y compris dans les espaces extérieurs du Parc Expo et les éventuelles files d’attente devant les autres salles”, précisaient les organisateurs. “Compte-tenu de l’amplitude horaire de certains rendez-vous, notamment les soirées au Parc Expo, nous encourageons les festivaliers à prévoir des masques de rechange.” 

Mais autant certains portaient des protections dans les halls, autant à l’extérieur,  le respect des règles n’était plus du tout assuré. “C’était dingue”, confie un journaliste. “On était loin des gestes barrières. Les gens avaient visiblement besoin de décompresser. ” Pourtant, du gel hydro-alcoolique était largement mis à disposition des festivaliers notamment aux entrées des sites, sur chaque stand et sur les comptoirs des espaces bar et restauration. “Mais là encore, peu en ont fait usage. Et surtout, on n’a pas entendu de messages sonores invitant au respect des règles et on n’a pas vu non plus un service d’ordre rappelant les principes de précaution.” 

Une impression confirmée par Erwann Gouadec, directeur délégué des Trans dans les colonnes du journal Ouest-France.  “On savait que sur le nombre, le port du masque ne pouvait pas être respecté à 100 %.  Le fait que les Trans musicales aient lieu dans un contexte compliqué leur a donné une fragilité encore plus touchante. Cela faisait des mois qu’on n’avait pas vécu cette expérience d’énergie collective.” Mais beaucoup ont pointé du doigt le “deux poids, deux mesures” des autorités entre les Trans et la rave de la route de Lorient. “Nous étions dans un endroit à l’air libre contrairement aux festivaliers des Trans”, assure un Teufeur sur les réseaux sociaux. “Beaucoup d’entre nous ont été contrôlés par les policiers et les gendarmes. Pas un contrôle n’a été effectué aux Trans et pourtant, là-bas, il n’y avait pas de masques, non plus, sur le nez des festivaliers.”

Aux abords du stade, les supporters étaient rappelés à l’ordre en cas de non-port de masque !”, s’insurge un supporter. “En revanche, pas de contrôle aux abords des Trans.

En revanche pour la maire de Rennes, Nathalie Appéré, toujours dans les colonnes d’Ouest-France , on ne peut pas mettre sur la même longueur d’ondes les deux évènements. “La rave est une organisation sauvage qui ne respecte ni le droit de propriété, ni la quiétude des riverains et encore moins la sécurité des participants. Mais dans le cas du festival, le dispositif a été préparé longtemps en amont, en lien étroit avec la préfecture.”A la suite de la rave, comme le préfet (voir notre article) la maire de Rennes demande aux participants “de faire preuve de responsabilité, en se faisant dépister.” Elle oublie au passage les festivaliers des Trans, qui, c’est vrai, avaient l’obligation de montrer patte blanche (en l’occurence leur pass sanitaire) pour pénétrer dans le parc expo où se déroulait le festival Les Trans. “Espérons que tant dans les Trans et la rave, aucun cluster ne soit constaté”, expliquait un Rennais. En Ille-et-Vilaine, le taux d’incidence dépassait les 250 cas pour 100 000 habitants, ce vendredi. 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire