"
Patrimoine

QUAND MAUREPAS AVAIT UN BASSIN !

Dans les années 70, le bassin du parc de Maurepas faisait encore la joie des enfants ! L’été, on s’y trempait et, l’hiver, on y faisait du patin à glace. Mais un beau jour, la ville prit une décision radicale. Elle supprima le plan d’eau pour des raisons enfouies dans les limbes du passé (sanitaires sans doute). 

Le bassin est aujourd’hui remplacé par une piste de rollers et de skate où les enfants s’en donnent à coeur joie sous les yeux des parents inquiets. Mais les moins téméraires préfèreront sans doute la promenade dans le parc où le dimanche après-midi on croise des femmes en tchador, des couples bobos et des gamins en « survet », bref le tout Rennes.

A l’inverse du parc du Thabor où quelques pelouses sont autorisées aux promeneurs, Maurepas accepte bien volontiers les parties de football et les balles aux prisonniers sur des espaces verts. Rien de mieux pour dépenser l’énergie de nos chères têtes blondes et brunes…qui fréquentent également la fameuse piste cyclable pourvue de feux tricolores. A Maurepas, le jeu est à l’évidence roi, les gardes tiennent leur sifflet dans leur poche et nul « vieil emmerdeur » ne vient gâcher les joies de l’enfance.

Ce parc est ouvert depuis le 23 juillet 1939. Dès les premiers jours, il mit à disposition gratuitement les jeux, la piste pour trottinettes, cycles et patins à roulette et bien sûr la pièce d’eau. Seule contrainte : le maire demandait seulement aux familles de veiller à ce que les enfants respectent les fleurs et les plantations. Il les priait également de ne laisser sur le parc aucun papier, pelures de fruits ou déchets quelconque… 

Sous la volonté du maire de Rennes (Monsieur Château), ce magnifique jardin fut conçu par l’architecte paysagiste versaillais Monsieur Moser. Il était composé à l’époque de 23 784 plantes et 400 quelques essences différentes. « Avec le parc de Maurepas, Rennes possède l’un des plus beaux jardins qui soient installés en France », écrivait à l’époque le journaliste d’Ouest-Eclair. 

Diaporama du journal Ouest-Eclair, édition du 26 juillet 1939. 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire