"
Actualités

LE STATIONNEMENT : UNE QUESTION STRATÉGIQUE

Conformément à la Loi, la ville de Rennes augmente le tarif des amendes pour défaut de paiement de stationnement. Elle veut, par cette mesure, favoriser les déplacements doux et lutter contre les voitures ventouses. A cette occasion, Rennes Infos Autrement donne la parole à Bertrand Plouvier, conseiller municipal de droite et Marc Hervé, adjoint au maire PS, tous deux opposés sur la place de l’auto dans la ville. 

Porte-parole de l’opposition municipale, Bertrand Plouvier appelle le président de Rennes Métropole et la maire de Rennes à un véritable travail de réflexion globale sur la question du stationnement. “C’est une question stratégique” estime-t-il. “Car dans la capitale bretonne, nous comptabilisons 90 voitures pour 100 ménages et au niveau de l’agglomération, 115 voitures pour 100 ménages…Si l’on mettait ainsi bout à bout les plus de 131 000 voitures que possèdent les Rennais, il faudrait plus de 650 kilomètres de places de stationnement, bien plus qu’un Paris-Brest.”

                                   90 voitures pour 100 ménages

Face à cette question stratégique, une étude avait été récemment promise par Rennes Métropole. “Au final, elle n’a jamais été jamais commandée”, s’indigne Bertrand Plouvier. “Les Rennais se contenteront des certitudes de la ville, de la chasse à la voiture sans se soucier du quotidien de bon nombre de Rennais pourtant dépendants de leur auto pour se rendre au travail… Car, oui, tout le monde n’a pas la chance de vivre à côté de son lieu de travail !Tout le monde n’a pas la chance, non plus, de travailler avec des horaires de bureau !”

A l’heure des choix urbains, Bertrand Plouvier veut construire une nouvelle politique de mobilité et de partage de l’espace public. Il souhaite renforcer l’attractivité de notre centre-ville grâce à une circulation plus fluide et des tarifications plus adaptées. “Je souhaite par exemple, la première demi-heure gratuite, des barèmes spécifiques les jours de marché , des places de stationnement au profit des professionnels et pour les services d’auto partage mais surtout de covoiturage, ainsi que pour les deux roues.”

Mais bien plus, l’élu veut améliorer la circulation automobile, procurer des économies de temps et d’argent aux automobilistes. “La recherche d’une place génère en moyenne 10% de la circulation urbaine et représente 70 millions d’heures perdues pour les usagers”, rappelle-t-il. “Il est important de trouver des solutions pour simplifier la vie quotidienne des Rennais, pour faciliter leur mobilité en introduisant de plus en plus de nouvelles technologies pour les informer (Smart City).  La politique du stationnement doit permettre la valorisation économique et sociale d’un espace urbain de plus en plus rare et coûteux.”

                              Un vrai débat sur l’usage de la voiture

En réponse, Marc Hervé, adjoint au maire, propose un vrai débat sur l’usage de la voiture. “Notre première problématique, c’est la voiture solo pour les déplacements domicile/travail, bien loin de la caricature de la chasse à la voiture dont on nous accuse. C’est un combat de longue durée que l’on mène et que l’on mènera dans le futur pour  proposer une véritable alternative par le réseau, métro et bus. Ce sera tout l’objet de notre plan de déplacements urbains !” Brique par brique, la ville et la métropole veulent ainsi privilégier les mobilités douces et l’usage de la voiture dans des cas précis (achat, démarches administratives, visites de médecins). “L’objectif est de réguler la voiture solo et d’agir plutôt sur les comportements.” Le débat est enfin lancé sur la place de la voiture dans la ville.

La chasse à voiture : “Vous continuez à opposer les modes de déplacement”, a indiqué Bertrand Plouvier à la ville lors du dernier conseil municipal. “Nous pensons au contraire et nous ne sommes pas les seuls qu’une fois de plus vous avez démontré une vision manichéenne sur le sujet.”

La gestion intelligente du stationnement : “les technologies permettant la gestion intelligente du stationnement sont matures et d’ailleurs déjà opérationnelles chez nos voisins européens comme la Belgique, les Pays-Bas, le Royaume-Uni ou l’Espagne”, explique Bertrand Plouvier. Des technologies basées sur des réseaux de capteurs et terminaux connectés, permettant par exemple de détecter la présence de véhicules sur des places équipées, de localiser des places de stationnement libres, de mesurer les rotations et temps d’occupation par emplacement.. .”

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu’en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire…).

Laisser un commentaire